La FFOA à l’Elysée : une rencontre pour répondre au besoin de réglementation de la profession d’ostéopathe animalier

Le besoin de réglementation de la profession concernant la formation d’ostéopathe animalier est d’autant plus important que la demande de formation est croissante. Il est alors nécessaire pour les professionnels, les référents pédagogiques et les étudiants d’obtenir des réponses quant à l’évolution du métier d’ostéopathe animalier.

Le bureau de la FFOA, dont notamment Valentin son président, ont rencontré Paul Delduc, conseiller énergie, environnement, transports et agriculture et  Maud Faipoux, conseillère technique agriculture à l’Elysée.

La fédération a alerté les deux conseillers sur les conditions de passage et le coût de l’examen, les difficultés liées au rattachement au CNOV, la spécialisation de la formation et l’absence de référentiel.

Les deux conseillers de l’Elysée ont reconnu que la situation de la profession d’ostéopathe et de la formation ne sont pas harmonieuses. Surtout, ils s’accordent sur le fait que le rattachement à l’ordre des vétérinaires ne peut pas être durable. En effet, cela avait été mis en place initialement en tant que solution transitoire.

Pour conclure cette entrevue, Paul Delduc et Maud Faipoux  affirment être favorables à la mise en place d’une mission d’inspection qui devra, entre autres, répondre aux questions sur les évolutions législatives et réglementaires de la profession d’ostéopathe animalier. La fédération avait déjà envisagé cette possibilité lors d’un précédent entretien avec le cabinet du ministre de l’Agriculture, qui s’y était déclaré favorable.