Urwana Querrec propose l’ouverture d’une enquête sur les différentes modalités de la profession d’ostéopathe animalier

L’ostéopathie est une profession libérale qui vise à traiter l’ensemble des dysfonctionnements articulaires, musculaires et physiologiques. Tout comme l’être humain, l’animal peut avoir besoin des services d’un ostéopathe, on parle alors d’ostéopathe pour animaux. L’ostéopathie animale est de plus en plus sollicitée par les propriétaires d’animaux de compagnie qui se soucient davantage du bien-être de leurs animaux.

L’augmentation de cette demande, le besoin d’une formation de qualité et la nécessité pour la profession d’être reconnue comme autonome et indépendante vont de pairs, c’est pourquoi la fédération française d’ostéopathie animale a été créée. Les membres et adhérents de la fédération poursuivent des objectifs communs : soutenir et accompagner les professionnels et étudiants afin de promouvoir l’indépendance de la profession et organiser la formation professionnelle continue en ostéopathie animale.

Le 17 novembre dernier, les membres de la fédération ont rencontré Urwana Querrec, la conseillère des filières animales, santé et bien-être animal au cabinet de Julien Denormandie, le ministre de l’agriculture.

Nous avons échangé à propos des différentes problématiques majeures telles que la formation, les centres d’examen, le nombre croissant de demandes d’inscription et les modalités d’examen final organisé par le CNOV. La conseillère a pris en compte nos demandes et a proposé la création d’une enquête dont nous attendons les résultats d’ici septembre 2022. L’enquête conduite par les inspections générales de l’agriculture, du travail et de l’économie aura pour but d’établir un état des lieux de la profession et des perspectives d’avenir en matière de formation, d’examen et d’exercice.